Les oiseaux de la Patagonie argentine

Publié le par Groupe LPO 31

Par Nicolas Belcourt,
 
Un voyage en Patagonie argentine est l'assurance d'une fascination pour son immensité. Paysages grandioses, grande variété des climats et des territoires, la Patagonie impressionne par l’écart qu’elle marque par rapport aux sociétés urbanisées qui ont soumis la nature. Ses étendues sont sèches, arides, les forêts comme les cultures y sont rares, et l’élevage du mouton en est la principale ressource économique. Néanmoins, la faune y est abondante et diversifiée, ayant su s’adapter à ces conditions difficiles. Son observation se fait préférentiellement dans des réserves naturelles car le territoire, colonisé à la fin du XIXème siècle et au début du XXème, est très majoritairement constitué de propriétés privées.
L’existence de nombreux parcs naturels témoigne de la volonté forte de protéger et valoriser la faune sauvage.
 
De nombreuses espèces d’oiseaux peuplent la région, du manchot de Magellan de la côte atlantique à l’imposant condor des Andes.
Certaines espèces peuvent être rapprochées d’oiseaux bien connus en Europe : le zorzal patagónico est un merle, le tero común est un vanneau, diverses espèces de pics sont visibles dont le remarquable carpintero gigante, ou encore la becasina común qu’on identifiera immédiatement.
 
D’autres espèces apparaîtront moins familières comme le carancho, un rapace présent dans tout le pays avec un bec puissant, le choique, petite autruche distincte du ñandu, ainsi que diverses espèces de cauquenes, parentes des oies.
 
Parmi ces dernières, cauquén colorado est une espèce menacée que j’ai eu la chance d’observer à l’extrémité sud du continent. Beaucoup d’efforts sont aussi effectués par les ornithologues de cette région pour la protection d’un autre oiseau à l’existence fragile : le grèbe macá tobiano qui migre des lacs au pied des Andes, où il passe l’été austral, vers la côte, où il vient se réfugier l’hiver.
Cauquén colorado - Photo Nicolas BELCOURT

 

L’Argentine dispose aussi d’un littoral très étendu sur l’Océan atlantique et les oiseaux marins y sont abondants : manchot de Magellan bien sûr (qui, en espagnol, prend le nom de pingüino patagónico), sternes (gaviotín pico amarillo), mouettes (gaviota capucho café), goélands (gaviota cocinera), huîtriers (ostreros), l’imposant petrel gigante et plusieurs espèces de canards.
 
En un peu plus de vingt années, j’ai effectué huit voyages en Amérique latine dont deux en Patagonie argentine. Les observations de l’avifaune y sont plus aisées qu’en France, les oiseaux moins farouches et, pour les photographier, je n’ai jamais eu recours à des affûts ou à du matériel de camouflage : calme et patience suffisent.
Un souvenir particulièrement marquant fut l’approche d’un busard (gavilán ceniciento) dont la principale difficulté ne fut pas la méfiance de l’animal mais l’inoubliable vent de Patagonie contre lequel nous luttions autant l’un que l’autre.
Gavilán ceniciento - photo Nicolas BELCOURT

 

Mes photographies d’oiseaux de Patagonie argentine peuvent aussi être consultées sur la page http://nicolas-belcourt.photo/oiseaux-patagonie.html.
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :