Consultation sur le tir de 36 loups

Publié le par Groupe LPO 31

Le ministère de l’Environnement a ouvert, jusqu’au 22 juin 2016, la consultation publique sur le projet d’arrêté fixant le nombre maximum de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2016-2017. MERCI DE CONTRIBUER, et de faire suivre à tout votre entourage !

Loup gris (Canis lupus) - Crédit photo : Manon Batista

Loup gris (Canis lupus) - Crédit photo : Manon Batista

Attention, le projet d'arrêté fixant le plafond de loups à abattre pour l'année à venir et dès le 1er juillet prochain est d'ores et déjà en consultation publique sur le site internet du ministère : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-d-arrete-fixant-le-nombre-maximum-de-a1370.html

Vous pouvez, si vous le jugez utile, vous inspirer de l’avis de la LPO, à savoir :

La LPO est défavorable au projet d'arrêté tel qu'il est soumis à enquête, et ce pour les raisons suivantes :

Tout le monde s’accorde à reconnaitre que l’objectif des destructions de loups est de limiter les attaques sur les troupeaux, principalement ovins. Or, à ce jour, aucun élément ne témoigne de ce que les dizaines de loups déjà tués aient permis de réduire les attaques. Les destructions de loups sans rapport avec les attaques sur les troupeaux sont inopérantes, et peut-être pires : non seulement l’efficacité de la destruction de loups qui n’ont pas attaqué de troupeaux n’est pas démontrée (à part bien sûr à éradiquer l’espèce d'un territoire mais il en viendrait d’autres), mais nous avons des raisons de penser qu'elle peut se révéler contre productive : pas d'effet de dissuasion susceptible d’entrainer des changements comportementaux, déstructuration des meutes, erratisme et questions de consanguinité pour ne citer qu’eux.

Nous assistons à un glissement d'une politique à l'origine justifiable de réponse ciblée et ponctuelle face à des attaques localisées sur des exploitations touchées, avec la fixation d'un plafond de destruction à ne pas dépasser, un personnel compétent et limité autorisé à tirer… à une politique de limitation généralisée d'une population par un plafond de destruction à atteindre partout en France. Cette politique n’a pas fait ses preuves ces dernières années ; elle ne répond pas aux attentes légitimes de certains éleveurs. Oui, le loup a sa place partout en France. Et oui, les éleveurs doivent pouvoir se défendre contre les attaques, y compris par le tir par eux mêmes ou en se faisant assister si les autres solutions de protection des troupeaux n’ont pas été suffisantes. Le tout sous contrôle de l’État, avec un œil sur l'état de conservation de l’espèce.

Car, à ce jour, nous ne disposons pas du recul nécessaire pour connaitre les effets des destructions de dizaines de loups en France sur l’état de conservation de l’espèce. En particulier, en 2015 près de 40 loups ont été abattus, chiffres qui n'avait jamais été atteint. Nous ne disposons pas des études scientifiques témoignant de l'état de conservation de l’espèce.

Globalement notre avis est que ce fut une erreur d’autoriser des destructions sans rapport avec les dégâts, et qui plus est en battues par les chasseurs. Il convient de se recentrer sur les élevages attaqués.

Faute de disposer des conséquences des précédentes destructions, et avec des risques d'atteinte à l'état de conservation autour de 50 %, il semble urgent si ce n’est possible d’attendre quelques mois, de prendre le seuil le plus bas, à savoir 27. Et de les réserver aux exploitations attaquées pour ne pas se retrouver avec un plafond atteint avec des destructions non ciblées et plus de marge sur les exploitations.

Nous rappelons que les dernières consultations publiques sur le sujet ont donné des résultats à plus de 90 % en défaveur des projets d’arrêtés. Derniers projets pour lesquels le CNPN a émis des avis défavorables. Les arrêtés ont quand mêmes été pris sans tenir compte ni de la demande de la société française, ni de l’avis des experts.

Nous nous interrogeons enfin sur les délais de transmission de ce projet d'arrêté, et sur la mise en consultation publique précipitée alors que ce sujet récurent pouvait être anticipé.

(article LPO)

Publié dans Accueil