Jardiner propre, épisode 2 : Les gestes simples pour économiser l'eau au jardin

Publié le par Groupe LPO 31

Depuis le début de l'été, et ce, durant plusieurs semaines, en Haute-Garonne, le thermomètre a plafonné autour de 30 ° et parfois bien au-delà.
En période de sécheresse (on parle de sécheresse au-delà de quinze jours consécutifs sans pluie), les végétaux privés d'eau ne peuvent survivre sans l'aide du jardinier : ne pas arroser, c’est l’assurance de massifs et fleurs grillées, de légumes desséchés et de maigres récoltes.
C’est ainsi tout le travail du jardinier, que ce soit au potager ou au jardin d’ornement, qui est gâché.
Mais l’eau est précieuse : tout jardinier, éco responsable, le sait. Petit tour d’horizon de quelques gestes simples pour l’économiser :
 

Récupérer l'eau et arroser uniquement les plantes qui en ont besoin !

A la maison, l’eau servant à laver fruits et légumes peut être utilisée pour arroser les plantes. 
 
Parmi les légumes et les fleurs, toutes les variétés n'ont pas les mêmes besoins :
 
Au potager, les aulx, oignons, échalotes et aromates tels que le thym, la sauge ou le romarin ne souffriront pas du manque d’eau. De même que la pomme de terre. Pour les légumes de saison, qui au contraire ont grand besoin d’eau (salades, courgettes, tomates…), il convient d’arroser uniquement le soir.
Jardiner propre, épisode 2 : Les gestes simples pour économiser l'eau au jardin

Variétés résistantes à la sécheresse :

 
Au jardin, au moment des semis ou plantations, on peut privilégier des variétés résistantes à la sécheresse :
Les cactées bien sûr et les lavandes sont résistantes à la sécheresse, mais ce ne sont pas les seules…Voici sans prétention, une petite liste toute simple de plantes ou fleurs qui s’exposent au soleil et sont peu gourmandes en eau :
  • Les échinacées sont des fleurs annuelles très colorées, faciles à cultiver car peu exigeantes quant à la nature du sol : mellifères, elles attireront les pollinisateurs !
  • Parmi les Gaillardes, on peut trouver des variétés vivaces ou annuelles, toutes très colorées et également facile d’entretien.
  • La Valériane est une vivace très florifère : elle se plait sur une grande variété de sols même pauvres ou calcaires, à condition qu'ils soient drainés. Elle résiste bien à la sécheresse et se ressème spontanément.
  • La Coquelourde est une plante vivace qui a l’avantage d’être locale : on peut la trouver à l'état naturel, sur les terres en friches de la moitié sud de la France. C’est une plante à massif rustique qui apprécie un emplacement ensoleillé et supportera aisément une période de sécheresse.
  • Enfin, pour embellir massifs et murets, les Alysses sont idéales. Il existe près de 150 espèces de plantes annuelles ou vivaces au port rampant, se contentant de peu de terre : leur doux parfum de miel attirera les papillons.
  • Le Millepertuis, la Rose trémière et les différentes Sauges sont également des vivaces résistantes, et il en est encore beaucoup d’autres.
Panacher ces variétés de plantes et de fleurs offre une diversité de formes, de tailles et de couleurs pour un jardin ensoleillé et éco-responsable.

Limiter l'évaporation de l'eau :

 
Pour limiter les apports d'eau, il est primordial de préserver les réserves que le sol emmagasine : biner, pailler et aménager des coupe-vents y contribuent.
 
Le binage : émietter la terre permet de briser les canaux par lesquels s’effectuent les remontées des eaux situées en profondeur. Binez les parcelles cultivées le lendemain ou le surlendemain d'un arrosage préserve l'humidité accumulée. Cela permet également d’éliminer les herbes indésirables qui sont de sérieuses concurrentes quand l’eau se fait rare.
 
Le paillage : les jardiniers savent qu’un bon paillis permet d’économiser l’eau et de conserver l’humidité aux pieds des plantations (Attention, limaces et escargots le savent également…….).
Végétal ou organique, le paillage protège le sol du soleil et limite l’évaporation naturelle. Il évitera également la propagation des mauvaises herbes.
Il peut être végétal et constitué simplement des déchets de jardin (tonte, compost peu décomposé, feuilles, écorces de bois) ou minéral (galets, gravier, sable..). Il existe également dans le commerce des feutres en fibres végétales tissées.
Seul le paillis végétal apporte des nutriments au sol et favorise le développement des micro-organismes. Mais cela nous en reparlerons……..
 
Idéalement on place le paillage au printemps quand le sol est réchauffé : mais mieux vaut tard que jamais ! Vue la chaleur actuelle, il est encore temps pour optimiser les arrosages de pailler vos plantations.
 
Les coupe-vents : le vent accentue le phénomène d'évaporation. Les parties du potager exposées au vent peuvent être protégées par l’installation de bordures de plantes plus ou moins hautes et résistantes à la sécheresse (lavande, ail…).
Jardiner propre, épisode 2 : Les gestes simples pour économiser l'eau au jardin
Bien évidemment, les plantes ne sont pas les seules à manquer d’eau en ce bel été ensoleillé…. la petite faune locale, oiseaux, papillons, insectes et lézards cherchent également l’eau : on peut utilement laisser à leur disposition à différents endroits du jardin – à l’abri des prédateurs - une coupelle contenant un fond d’eau…à changer régulièrement…
Jardiner propre, épisode 2 : Les gestes simples pour économiser l'eau au jardin

Publié dans Refuges LPO